Produits dopants et médicaments  Abonné

Publié le 29/11/2010

Dans le sport professionnel où les enjeux financiers sont énormes, mais aussi lors de compétitions de moins haut niveau, la prise de substances dopantes (anabolisants, amphétamines, cocaïne, EPO en particulier) augmente le risque de mort subite. Certains médicaments non dopants, mais contre-indiqués pour une pratique intensive ou en atmosphère chaude, peuvent également induire des troubles du rythme cardiaque et de ce fait jouer un rôle : antidépresseurs, anxiolytiques et surtout neuroleptiques.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte