L’automédication antalgique en Europe

Priorité à la rapidité d’action  Abonné

Publié le 15/10/2009
Quel que soit le type de douleur, une large majorité des Français choisit de la soulager avec des médicaments, et 74 % d’entre eux affirment la traiter plus rapidement lorsqu’elle est intense. Une large étude a permis de connaître les opinions et les comportements des Européens en terme d’automédication de la douleur au quotidien.
15 % de la population active souffrent de douleur chronique...

15 % de la population active souffrent de douleur chronique...
Crédit photo : PHANIE

SOIXANTE-quinze millions d’Européens souffrent de douleur chronique, soit 15 % de la population active. Promue par la majorité des systèmes de santé européens l’automédication est passée dans les mœurs, mais cette volonté doit s’accompagner d’une démarche éducationnelle. En effet, les comportements des patients vis-à-vis du médicament, et des antalgiques en particulier, sont ambigus et dépendent de la culture et du système de soins des différents pays.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte