La coqueluche de l’adulte

Prévention et dépistage à l’officine  Abonné

Publié le 14/12/2009
L’incidence de la coqueluche a diminué chez l’enfant d’âge scolaire mais augmente actuellement chez l’adolescent et l’adulte. Comme cette infection reste, dans l’esprit de tous, une maladie essentiellement pédiatrique, son diagnostic est souvent méconnu chez le sujet adulte. Nicole Guiso, responsable du Centre National de Référence (CNR) de la coqueluche et autres bordetelloses à l’Institut Pasteur de Paris, souligne l’importance du rôle du pharmacien dans la prévention et le dépistage de cette maladie.

L’immunité contre la coqueluche ne persiste pas tout au long de la vie. Sa prévention passe par la primovaccination du nourrisson (2, 3 et 4 mois), les rappels à 16-18 mois et à 11-13 ans, généralement bien intégrés dans le suivi des enfants, mais aussi par les vaccinations de rappel des adultes. Or, la couverture vaccinale de ces derniers est actuellement insuffisante. En contractant la coqueluche, l’adulte est victime d’une maladie éprouvante.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte