Maladie de Parkinson

Pourquoi pas la dopamine en continu ?  Abonné

Par
Mireille Peyronnet -
Publié le 20/06/2019
On vous a toujours enseigné qu’il était impossible d’utiliser directement la dopamine pour pallier à son défaut de sécrétion, à l’origine de la maladie de Parkinson (MP). Parce qu’elle ne passe ni la barrière hémato-encéphalique ni la barrière digestive et qu’elle s’oxyde très rapidement, on est contraint d'utiliser son précurseur, la L-Dopa. Une invention, présentée à la XIIIe édition de l’International Basal Ganglia Society (IBAGS*), pourrait changer la donne.
dopamine

dopamine
Crédit photo : SPL/PHANIE

Les ganglions de la base sont constitués d’un ensemble de noyaux très interconnectés, situés très profondément sous le cortex. L’un d’eux, le striatum reçoit les projections dopaminergiques issues des neurones de la substance noire. Dans la MP, ces neurones dégénèrent et le striatum est privé de dopamine. Ce qui induit des perturbations dans les réseaux de neurones se traduisant par des troubles moteurs.

L-dopa intermittente

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte