Toxicomanie

Pour ou contre les salles de « shoot »  Abonné

Publié le 30/09/2010
Le débat sur la mise en place de centres d’injection supervisés en France s’est rallumé la semaine dernière avec la demande d’élus locaux, de tous bords, d’expérimenter le dispositif. Tandis que le gouvernement et la Mission interministérielle de lutte contre la drogue et la toxicomanie (MILDT) s’y montrent hostiles, des pharmaciens engagés dans la prise en charge des toxicomanes se déclarent plutôt favorables au projet.
Et si l’héroïne devenait pharmaceutique ?

Et si l’héroïne devenait pharmaceutique ?
Crédit photo : BSIP

DEPUIS quelques mois, les centres de consommation de drogues à moindres risques créent la polémique. À l’origine, un rapport de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM) préconisant d’expérimenter les « salles de shoot » en France. La ministre de la Santé, Roselyne Bachelot, la ministre de la Famille, Nadine Morano, des représentants de la majorité, tel le maire de Marseille, Jean-Claude Gaudin, s’y montraient plutôt favorables. Mais pas le chef du gouvernement, François Fillon, qui juge ces centres « ni utiles, ni souhaitables ».

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte