Nouvelles données scientifiques sur les isoflavones de soja

Phyto Soya démontre son innocuité sur le sein et l’endomètre  Abonné

Publié le 15/11/2010
Les risques du soja et des isoflavones, considérés ces dernières années comme importants sur le sein et l’endomètre, sont aujourd’hui mieux objectivés par de nouvelles études qui permettent leur réhabilitation avec un ratio bénéfice/risque satisfaisant. Une étude clinique, récemment menée par les laboratoires Arkopharma avec Phyto Soya, vient renforcer les conclusions de ces méta analyses.

LE SOJA reste aujourd’hui l’une des plantes les plus étudiée par la communauté scientifique. Les propriétés des isoflavones qu’il contient sont largement reconnues sur les troubles de la ménopause et leur action représente une alternative naturelle aux traitements conventionnels pour le maintien d’une bonne qualité de vie. Durant ces dernières années, ces actifs ont été mis en cause et suspectés d’être à l’origine d’effets délétères potentiels pour le sein et l’endomètre.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte