Reperméabilisation coronarienne

Petit avantage au pontage face au stent actif  Abonné

Publié le 21/03/2011

« PARMI les patients porteurs d’une atteinte coronarienne tritronculaire ou du tronc commun de la coronaire gauche et candidats soit à une revascularisation percutanée, soit à un pontage, les deux stratégies ont conduit à une amélioration significative de l’angor et de l’état de santé global au cours de la première année de suivi. Cependant, à la fois à 6 et 12 mois, il existait une réduction, modérée mais significative, de la fréquences des crises angineuses après pontage, par rapport à une revascularisation percutanée, sur l’ensemble de la cohorte.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte