Mortalité réduite

Peste : une statine crée la surprise  Abonné

Publié le 14/06/2010

UN ROMAN policier de Fred Vargas « Pars vite et reviens tard », porté à l’écran, est construit autour d’un risque d’épidémie de peste, de nos jours, dans Paris. Yersinia pestis fait aussi partie des agents infectieux fichés au bioterrorisme, groupe A. Et si, dans de telles éventualités, les person-nes traitées par une statine étaient épargnées ? C’est l’hypothèse, tout à fait vraisemblable, qu’alimente le travail d’une équipe CNRS d’Aix-Marseille 2.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte