Patchs : Leclerc veut s’y coller  Abonné

Publié le 05/06/2014

L’occasion était trop belle. Dès l’annonce des grandes lignes du plan antitabac de Marisol Touraine, Michel-Edouard Leclerc a trouvé la brèche pour s’attaquer, une nouvelle fois, aux médicaments sans ordonnance. Cette fois-ci en réclamant le droit de vendre des substituts nicotiniques.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte