Anticoagulants oraux

Passage sans risque des AVK aux AOD  Abonné

Publié le 13/04/2015

IL N’Y A PAS d’augmentation de risque d’événement hémorragique sévère, d’AVC ischémique, d’embolie systémique ou d’infarctus du myocarde chez les patients qui changent leur traitement par antivitamine K (AVK) pour un anticoagulant oral direct (AOD : dabigatran et rivaroxaban), comparés à ceux qui continuent leur traitement par antivitamine K. Telle est la conclusion d’une étude publiée dans « The Lancet Haematology », dont fait écho l’Agence nationale de la sécurité sanitaire et des produits de santé (ANSM).

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte