PAR DIDIER RODDE, PHARMACOLOGUE  Abonné

Publié le 05/02/2009
Presque au terme du 3e Plan gouvernemental de lutte contre la douleur (2006-2010), si le bilan apparaît très largement positif, notamment en ce qui concerne la prise en charge de la douleur chez l’enfant et chez les patients atteints de cancer, d’importants progrès demeurent à accomplir, en particulier pour les douleurs des sujets âgés et les douleurs neuropathiques.

Les médicaments de la douleur

Les principaux médicaments

On distingue classiquement entre les médicaments de palier I (douleurs faibles à modérées), comme le paracétamol, l'aspirine et les anti-inflammatoires non stéroïdiens (ibuprofène - Nurofen - Advil, kétoprofène - Profénid - Toprec, diclofénac - Voltarène…), ceux de palier II (douleurs modérées à intenses) représentés par les opioïdes faibles (codéine, tramadol - Topalgic et Contramal, buprénorphine - Temgésic), associés au besoin avec des produits du palie

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte