HUMEUR

Ô, temps, suspends ton vol !  Abonné

Publié le 29/10/2015

Le nombre de causes à défendre est insuffisant. Il faut en créer de nouvelles, par exemple le changement d’heure en hiver et en été, qui donne lieu deux fois par an à des loghorrées interminables sur le mal que cette dérisoire économie d’énergie fait aux adultes, aux enfants, aux bêtes, aux plantes. Les spécialistes de la chronobiologie montrent que, pour ces individus fragiles que nous sommes, gagner une heure de sommeil est négatif, en perdre une est pire. Dans ce cas, les pilotes d’avion méritent trois fois leur salaire, eux qui souffrent en permanence du décalage horaire.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte