Des souris et des hommes

Nouvelles clefs dans le diabète  Abonné

Publié le 12/01/2015

DES CHERCHEURS de la faculté Johns Hopkins viennent de publier dans « Cell Metabolism » une étude sur le génome et l’épigénome chez l’homme et la souris, minces et obèses. D’après l’analyse plus de 7 millions de sites d’ADN adipocytaire, les scientifiques ont d’abord mis en évidence de nettes différences dans la présence des groupes méthyl entre les souris obèses et minces. De façon surprenante, ils ont constaté également que l’obésité entraînait les mêmes changements épigénétiques chez l’homme.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte