Aspartame chez les femmes enceintes

Ni risques avérés ni bénéfices  Abonné

Publié le 25/06/2012
L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES) constate que les données scientifiques actuellement disponibles « ne permettent pas d’identifier de bénéfice ni de conclure sur le risque lié à la consommation des édulcorants intenses pendant la grossesse ».
L’évaluation se heurte à une littérature insuffisante

L’évaluation se heurte à une littérature insuffisante
Crédit photo : S. Toubon

APRÈS AVOIR une première fois examiné en 2011 deux récentes études d’envergure remettant en cause l’innocuité de l’aspartame, l’ANSES a mis en place un groupe de travail chargé d’évaluer les bénéfices et les risques sanitaires d’ordre nutritionnel des édulcorants intenses. À la demande du ministère de la Santé, l’agence a d’abord concentré son évaluation sur les femmes enceintes.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte