Sécheresse vaginale et traitements locaux

Ne pas confondre hydratation et lubrification  Abonné

Publié le 17/05/2010
À la ménopause, le déséquilibre hormonal entraîne sécheresse et atrophie vaginales. Les symptômes perturbent fortement la qualité de vie des femmes et le recours aux lubrifiants classiques n’apporte qu’un soulagement superficiel et limité dans le temps. En raison de l’abandon progressif du THM (traitement hormonal de la ménopause) qui apportait une solution satisfaisante à cette problématique médicale, le gel vaginal Replens représente une alternative intéressante et le laboratoire Codépharma en rappelle le mode d’action unique évalué dans plusieurs essais cliniques.
Les traitements locaux non hormonaux connaissent un regain d’intérêt





senior menopause lecture

Les traitements locaux non hormonaux connaissent un regain d’intérêt senior menopause lecture
Crédit photo : BURGER/PHANIE

MÊME si la sécheresse vaginale touche majoritairement les femmes ménopausées (30 à 55 % des femmes en post-ménopause), elle peut également concerner toutes les femmes, à tous les âges de leur vie car ses causes sont multiples : grossesse, après bébé, intervention chirurgicale, radiothérapie, chimiothérapie ou prise de certains de médicaments.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte