Questions sur ordonnance

Mme Solange P., 68 ans  Abonné

Publié le 09/01/2012
Madame P. est une patiente difficile, quérulente, agitée. Le sevrage en Mépronizine, hypnotique qu’elle utilise régulièrement depuis plus de 6 ans maintenant, ne va pas être aisé ! Profitant de la consultation, elle s’est plainte de son asthme, traité à la demande par inhalation de salbutamol : le médecin a donc ajouté un traitement de fond de l’asthme, par bambutérol (Oxéol).

Quels principes actifs ?

La Mépronizine associe un anxiolytique (méprobamate) à l’acéprométazine, une phénothiazine antihistaminique sédative. Ce médicament, donnant lieu à accoutumance et dépendance, ne sera plus commercialisé le 12 janvier. Il est donc nécessaire de réaliser un sevrage, problématique chez cette patiente difficile qui craint de ne plus pouvoir trouver le sommeil sans un médicament devenu objet magique. Le médecin a prescrit un arrêt très progressif.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte