Mieux vaut la compétition que la coopération  Abonné

Publié le 12/11/2015

Le constat est contre-intuitif. Selon une étude publiée dans « Science », la flore intestinale bénéficie de la compétition entre les bactéries et non de leur coopération. L’équipe Kevin Foster à l’université d’Oxford a réalisé toute une série de simulations numériques et il en est ressorti que la coopération bactérienne se traduisait par une plus grande instabilité du microbiote. À l’inverse, un environnement compétitif semble aider à maintenir la stabilité en contrecarrant les effets d’une forte diversité.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte