Médicaments et effet incrétine : de vraies innovations  Abonné

Publié le 12/04/2012

En dehors des progrès dans l’autosurveillance glycémique, les avancées récentes en matière de prise en charge du diabète de type 2 concernent essentiellement les insulinosécréteurs mettant à profit l’effet incrétine, autrement dit les inhibiteurs de la DPP-4 et les analogues du GLP-1.

En effet, ces médicaments ont une efficacité moyenne du même ordre que celle des autres classes d’antidiabétiques sans exposer au risque d’hypoglycémie et sans effet délétère sur le poids (ils induisent même assez souvent une baisse modérée de ce dernier).

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte