Madame Noémie T., 31 ans  Abonné

Publié le 30/06/2014

Le contexte

Il n’est jamais sûr que Noémie T., vivant de façon autonome malgré un handicap mental moyen, suive régulièrement son traitement contraceptif quotidien oral - elle a déjà dû subir deux IVG -. De plus, elle refuse la pose d’un implant. Le gynécologue a donc opté pour une injection contraceptive retard que la jeune femme a, par contre, facilement acceptée.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte