Questions sur ordonnance

Madame Henriette Z., 59 ans  Abonné

Publié le 16/03/2009

Madame Z. souffre d’un cancer de l’utérus avancé. Elle a été traitée par radiothérapie pendant six semaines, mais doit de plus suivre un protocole de chimiothérapie associant du 5-fluorouracile (5-FU), de l’adriamycine (= doxorubicine) et du cisplatine (d’où son sigle : « FAP »). Ces médicaments sont administrés par voie intra-veineuse, par cycles séparés de 3 à 4 semaines. Madame Z. en est aujourd’hui juste au début du troisième cycle. Le médecin oncologue n’a pas prescrit de facteurs de croissance hématopoïétique car Madame Z. ne présente pas de signes de leuconeutropénie ni d’anémie. Par contre, le traitement anticancéreux, administré en hôpital de jour, s’accompagne plus spécifiquement d’une prescription prophylactique destinée à limiter l’incidence de ses effets indésirables, et particulièrement des effets buccaux, Madame Z. ayant de fréquents problèmes dentaires et gingivaux : elles expliquent l’ordonnance que vous présente le mari de votre cliente.

Le contexte

Triflucan 50 une gélule chaque matin

Zamudol LP 1 matin et soir

Aequasyal huit flacons

Zophren 16 mg matin et soir pendant cinq jours après la chimiothérapie

Lexomil ¼, ¼, ½ comprimé tous les jours

Ordonnance pour trois semaines.

Quels principes actifs ?

Le Triflucan a pour principe actif le fluconazole, un antifongique triazolé, prescrit également en prophylaxie de la mucite.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte