Inégalités de santé

L’obésité facteur aggravant  Abonné

Publié le 23/07/2010

DES ÉTUDES épidémiologiques françaises ont déjà mis en évidence un risque accru de développer une hypertension artérielle dans les populations défavorisées. En s’appuyant sur la cohorte RECORD*, une équipe INSERM (épidémiologie, systèmes d’information, modélisation), conduite par Basile Chaix, montre que la pression artérielle augmente à mesure que le niveau d’instruction diminue. Plus encore, elle est d’autant plus élevée que le niveau d’instruction moyen du quartier est faible.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte