Vingt ans après les IEC et dix après les bêtabloquants

L’ivabradine (Procoralan) transforme le pronostic de l’insuffisance cardiaque  Abonné

Publié le 06/01/2011
L’étude SHIFT a montré que l’adjonction d’ivabradine (Procoralan) au traitement optimal de l’insuffisance cardiaque réduit de 18% l’incidence de la mortalité cardio-vasculaire et des hospitalisations pour aggravation de la maladie.
Une affection fréquente et grave

Une affection fréquente et grave
Crédit photo : S TS. toubon/« le quotidien »OUBON

L’INSUFFISANCE CARDIAQUE, une affection fréquente, reste également grave en dépit de progrès thérapeutiques importants. En effet, 50 % des patients décèdent dans les quatre ans et un quart d’entre eux sont hospitalisés dans les trois mois qui suivent la première décompensation. Par ailleurs, le pronostic de l’insuffisance cardiaque est d’autant plus mauvais que la fréquence cardiaque est élevée. Or les bêtabloquants, qui ralentissent la fréquence cardiaque, ne peuvent pas toujours être utilisés à la posologie optimale.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte