Congrès de l’Association française d’urologie

L’IRM, un atout majeur pour la surveillance active du cancer de la prostate  Abonné

Publié le 07/12/2015
L’utilisation de l’IRM associé aux biopsies pour la surveillance active des formes latentes de cancer de la prostate est une alternative à considérer pour éviter le surtraitement de lésions potentiellement non significatives.

Si la diminution du taux de mortalité par cancer de la prostate est notable en France depuis 30 ans – il est passé de 18,1 à 11,3 pour 100 000 entre 1990 et 2012, soit une baisse de 37 % indique l’INCa –, le risque de surdétection et donc de surtraitement de cancers à faible risque entraîné par le dépistage est régulièrement discuté par la communauté médicale.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte