Recrudescence de la gale

L’InVS confirme malgré des zones d’ombre  Abonné

Publié le 18/04/2011
Une étude de l’Institut de veille sanitaire (InVS) conclut en faveur d’une « augmentation de l’incidence de la gale » dans l’Hexagone, estimée dans une fourchette de 337 à 352 cas pour 100 000 habitants. De sérieux problèmes de prise en charge sont également

SI DE NOMBREUX signalements reçus dans certaines directions départementales des affaires sanitaires et sociales (DDASS) suggèrent une hausse des cas de gale sur notre territoire, difficile de se faire aujourd’hui une idée précise de l’incidence de cette pathologie. Proposant un état des lieux* de la gale, l’InVS s’est d’abord heurté à un sérieux écueil méthodologique, dans la mesure où il n’existe pas de surveillance spécifique de la maladie. « Les cas isolés ou groupés, lorsqu’ils sont limités au contexte familial, sont exceptionnellement signalés à l’autorité sanitaire (DDASS).

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte