Deux études bientôt examinées par l’ANSES

L’innocuité de l’aspartame en question  Abonné

Publié le 20/01/2011
Deux études viennent de semer de nouveau le trouble sur l’innocuité de l’aspartame.

LES ÉDULCORANTS intenses, à fort pouvoir sucrant comme l’aspartame, sont de nouveau sur la sellette. Une étude publiée dans « l’American Journal of Clinical Nutrition » en novembre 2010 suggère que la consommation quotidienne de boissons light est associée à un risque de prématurité. Les chercheurs, Thorhallur Halldorsonn et coll., ont analysé les données de 59 334 femmes enceintes (soit 35 % des accouchements au Danemark) à partir d’une cohorte de 91 000 femmes enceintes incluses entre 1996 et 2002.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte