L’industrie, soutenue par les États, renoue avec les antibiotiques

Publié le 07/01/2015

En décembre dernier, un rapport commandé par David Cameron, Premier ministre britannique, établissait que la résistance aux antibiotiques serait la première cause de mortalité en 2050. Or, comme le constate le journal « Les Échos » dans son édition d’hier, « l’absence de nouvelles molécules a créé une menace pour la santé publique (...), seules deux nouvelles classes de molécules ont été mises sur le marché en trente ans ».

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 11€60/mois

(résiliable à tout moment)