Un nouveau facteur à considérer dans l’obésité et le diabète

L’impact méconnu des perturbateurs endocriniens?  Abonné

Publié le 22/03/2012
La pollution chimique pourrait constituer « un facteur explicatif complémentaire » de l’épidémie d’obésité et de diabète, alerte le Réseau environnement santé (RES), dans un nouveau rapport*.

« LE TISSU ADIPEUX ne peut plus être considéré comme un simple lieu de stockage de réserve calorique, mais doit être également considéré comme un organe sous contrôle hormonal, lui-même assimilable à une véritable glande endocrine par les nombreux médiateurs actifs qu’il sécrète.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte