Un entretien avec le Dr Jean-Marc Benhaiem, directeur d’Hypnosis

« L’hypnose, pour contourner la douleur »  Abonné

Publié le 27/04/2015
Prendre en charge les douleurs rebelles, voire remplacer l’anesthésie lors de petites interventions par la pratique de l’hypnose ? C’est possible, assure le Dr Jean-Marc Benhaiem, directeur et fondateur de l’institut Hypnosis. Répondant aux questions du « Quotidien », l’algologue explique comment l’hypnose - pratique médicale à part entière -, agit en modifiant la perception du contexte qui accompagne la sensation douloureuse. L’hypnose n’enlève pas la douleur, insiste-t-il, elle modifie le rapport que la personne entretient avec elle.
LE QUOTIDIEN DU PHARMACIEN.- Pouvez-vous résumer en quelques mots dans quels domaines et situations médicales la pratique de l’hypnose peut être intéressante ?

Dr JEAN-MARC BENHAIEM.- C’est principalement dans la prise en charge de la douleur, qu’elle soit aiguë ou chronique, que les usages de l’hypnose sont documentés. Peut-être parce que le domaine de la souffrance échappe un peu aux approches classiques.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte