Paléo-microbiologie

L’hibernatus Sibérien révèle les secrets de la variole  Abonné

Publié le 06/12/2012
Des résidus viraux riches d’informations

Des résidus viraux riches d’informations
Crédit photo : (c) BSIP 1999 #1864799

IL EST MORT il y a 300 ans en Iakoutie, région du nord de la Sibérie. Enterré auprès des quatre autres membres de sa famille, son corps pris dans la glace est plutôt bien conservé. En tout cas, suffisamment pour que des chercheurs, dont la Française Catherine Thèves (université Paul-Sabatier-CNRS de Toulouse), puissent pratiquer l’autopsie de cet hibernatus anonyme. L’opération révèle notamment la présence de sang dans les poumons, ce qui amène les scientifiques à penser que le décès a peut-être été causé par la variole. Dès lors, la chasse au virus oublié s’engage. Bingo !

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte