Cancers du sein et de l’ovaire

L’héritage du père  Abonné

Publié le 28/10/2010

EN GYNÉCOLOGIE y compris, il faut consigner les antécédents familiaux des deux lignées parentales, père et mère. Dans un éditorial publié dans le « Lancet Oncology », des médecins de Toronto soulignent en effet que les médecins ont tendance à être plus attentifs aux cancers féminins quand ils sont survenus du côté maternel. Dans leur service des cancers familiaux du sein et de l’ovaire, l’équipe dirigée par Jeanna McCuaig a constaté ainsi que les femmes avec antécédent maternel avaient cinq fois plus de chance d’être confiées à un centre de référence.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte