Bébés thalidomide

L’explication, 50 ans plus tard  Abonné

Publié le 14/05/2009

« EN UTILISANT le CPS49, un analogue bioactif du thalidomide, lié à ses produits de dégradation, nous avons résolu une énigme vieille de 50 ans. Nous avons démontré, grâce à divers systèmes in vitro et in vivo, que des actions au niveau de la différenciation des vaisseaux sanguins immatures ou plus stables expliquent les embryopathies constatées chez l’humain. »

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte