L’exemple d’Icare  Abonné

Publié le 18/07/2009

La proximité avec le soleil, qu’elle résulte de la latitude (l’équateur), de l’altitude (l’indice d’UV augmente d’environ 10 % tous les 1 000 mètres) ou du calendrier (l’été dans l’hémisphère nord), n’est pas favorable à la peau. On aurait pu penser que l’intensité brutale du rayonnement agirait comme un signal d’alarme capable d’avertir précocement des dangers du soleil. Mais il n’en est rien ! Car, plus on est proche du soleil, plus la dose d’UVB reçue est importante. Or, ces UV sont responsables des effets à courts termes de l’exposition, coups de soleil voire brûlure.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte