Alzheimer

L'étonnant cas de résistance d'un sujet à très haut risque  Abonné

Par
Publié le 12/11/2019
Comment se fait-il qu'un sujet porteur d'une mutation rare ayant une probabilité de 99,9 % de développer une maladie d'Alzheimer précoce avant l'âge de 50 ans ne présente aucun trouble cognitif jusqu'à ses 70 ans ? C'est la question qui a conduit une équipe du Massachusetts General Hospital à Boston à identifier un variant génétique protecteur à l'état homozygote : le variant Christchurch du gène APOE3 (ou APOE3ch).
Alzheimer

Alzheimer
Crédit photo : phanie

Dans « Nature Medicine », l'équipe de Joseph Arbodela-Velasquez rapporte le cas clinique d'une femme à très haut risque d'Alzheimer autosomique dominant en raison d'une mutation E280 A du gène de la préséniline 1 (PSEN1).

Habituellement, une démence à l'âge de 50 ans

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte