Substitut sanguin

L’espoir est dans le ver  Abonné

Par
Publié le 05/11/2015
Un petit ver commun, l’arenicola marina, pourrait sauver des vies. Cette usine à hémoglobine sans typage est un donneur de sang universel. Une société de biotechnologie bretonne développe des applications dans ce sens, dont la préservation des greffons. Le premier essai clinique chez l’homme va débuter dans quelques semaines en France.

En 2007 naissait Hemarina, une petite entreprise de biotechnologie en Bretagne, spécialisée dans la recherche sur les transporteurs d’oxygène universels d’origine marine. « Le Quotidien du Pharmacien » avait alors présenté la biotech et son projet phare : utiliser le ver marin arenicola marina comme source de substitut sanguin.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte