Un an après leur déremboursement

Les veinotoniques cherchent une nouvelle dynamique  Abonné

Publié le 26/01/2009
Le marché des veinotoniques a perdu près de la moitié de ses volumes de vente en trois ans. Mais les fabricants, surtout ceux qui résistent, ne cèdent pas au pessimisme. Des communications auprès du grand public, des conditionnements plus adaptés à l'automédication et un éventuel passage en libre accès doivent rebooster ce secteur clé du conseil officinal.

TROIS ANS sont passés déjà, depuis que le processus de déremboursement des veinotoniques a été enclenché. C'était en février 2006. D'abord, leur vignette est passée du bleu à l'orange et la prise en charge par l'Assurance-maladie de 35 à 15 %. Une période transitoire, qui se voulait salutaire, instaurée jusqu'en 2008. Dès lors, de nombreuses mutuelles ne veulent plus assurer le remboursement de la partie complémentaire. Le marché passe de plus de 90 millions d'unités vendues en 2005 à 80 millions l'année suivante*. En 2007, il ne représente plus que 70 millions d'unités vendues.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte