Les vaccins antérieurs améliorent la réponse immunitaire  Abonné

Publié le 02/12/2010
Menée par une équipe de la Salpêtrière (INSERM U945), afin de comprendre la mémoire immunitaire et de mieux adapter la stratégie vaccinale contre le virus influenza H1N1, l’étude FLUHOP montre l’impact des précédentes vaccinations sur la réponse immunitaire.

DÉSIREUX de mener ce travail chez des personnes multi-vaccinées et multi-exposées, les réalisateurs de l’étude FLUHOP (INSERM U945, groupe hospitalier Pitié-Salpêtrière) ont porté leur choix de recrutement sur des membres du personnel hospitalier et sur des chercheurs. Une cohorte de 147 personnes, venant de trois centres parisiens (service des maladies infectieuses de la Pitié-Salpêtrière, service de médecine du travail de ce même groupe hospitalier et service de vaccinations du groupe hospitalier Cochin-Saint Vincent de Paul) a ainsi été constituée et étudiée à J0, J21 puis à 4 mois.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte