Face au surrisque cardiovasculaire des patients VIH

Les recommandations de l'association américaine de cardiologie  Abonné

Par
Damien Coulomb -
Publié le 11/06/2019
Aux États-Unis, on estime que 75 % des personnes vivant avec le VIH ont maintenant plus de 45 ans, et font face à un risque de pathologie cardiovasculaire supérieur à celui de la population générale. Ce surrisque s'explique en grande partie par la plus grande prévalence du tabagisme, ainsi que par l'état inflammatoire chronique spécifique des personnes vivant avec le VIH. Ces patients sont également plus fréquemment consommateurs d'alcool, d'anxiolytiques, et font moins d'activité physique que la moyenne de la population générale.

Afin de guider le suivi cardiovasculaire de cette population, l'association américaine de cardiologie (AHA) a publié dans « Circulation » une prise de position assortie de recommandations.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte