Arrivée de nouvelles molécules dans l’hépatite C

Les progrès passent d’abord par le diagnostic  Abonné

Publié le 20/01/2014
Conference » les Prs Patrick Marcellin et Daniel Dhumeaux ont lancé un appel pour un dépistage renforcé de l’hépatite C et, pourquoi pas, systématique. Cette mesure s’impose d’autant qu’une véritable révolution est en marche. Dès cette année, les médecins disposent de traitements courts, bien tolérés et susceptibles de guérir 90 % des malades.

FAUT-IL RAPPELER que l’hépatite C est une maladie souvent silencieuse ce qui fait que 100 000 sujets atteints d’hépatite chronique n’avaient pas été diagnostiqués en 2004, si bien que l’on peut dire qu’un tiers des porteurs d’hépatite C ignorent leur maladie. Une ignorance grave puisque que, après 20 à 30 ans d’évolution, 10 à 15 % des patients progressent vers une cirrhose, 7 % des cirrhotiques développent ensuite un cancer du foie.

Une évolution qui est donc plus que préoccupante mais que l’on peut aujourd’hui espérer arrêter.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte