Un test original au stade précoce d’un Alzheimer

Les proches, meilleure arme du dépistage  Abonné

Publié le 04/10/2010

ET SI LA PERSONNE la mieux placée pour évoquer un diagnostic de maladie d’Alzheimer n’était ni le patient, ni le médecin… mais quelqu’un de son entourage ? C’est l’hypothèse qu’a formulée une équipe de médecins de l’université de Washington, à Saint Louis, celle de John C. Morris et Joanne Knight. Les divers tests de dépistage manquent de sensibilité et de spécificité, expliquent-ils. Ils ont mis au point un questionnaire « Ascertain Dementia 8 » (AD8) à proposer à celui ou celle qu’ils appellent un « informateur ».

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte