Stéphane Robinet, président de Pharm’addict

« Les problèmes de comportement sont souvent dus aux BZD »  Abonné

Publié le 16/02/2009

La formation lancée par Bouchara à partir de la mi-mars fait des émules. L’association Pharm’addict organise une réunion avec ses adhérents sur le même thème le samedi 4 avril : la prescription de benzodiazépines (BZD) avec ou sans traitement de substitution aux opiacés (TSO). « Les problèmes de comportement que le pharmacien rencontre au comptoir sont, la plupart du temps, dus à la consommation de BZD et les phénomènes de manque qu’elle engendre », explique Stéphane Robinet.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte