Patients sous Pradaxa

Les points clés du suivi  Abonné

Publié le 16/06/2014
Avec 150 000 nouveaux cas par an, l’accident vasculaire cérébral (AVC) constitue la première cause de handicap physique acquis chez l’adulte et la troisième cause de mortalité. Les nouveaux anticoagulants jouent un rôle déterminant dans la prévention de cette pathologie. Mais ils doivent faire l’objet d’un accompagnement particulier pour une anticoagulation responsable, selon l’expression du Laboratoire Boehringer Ingelheim.

PREMIER anticoagulant oral direct (AOD), Pradaxa (dabigatran) voit son rapport bénéfice/risque global confirmé dans plusieurs essais cliniques. Le Pr Ismaïl Elalamy, hématologue à l’hôpital Tenon (Paris), rappelle les résultats de l’étude RELY (18 000 patients dans 40 pays), base de l’indication de prévention de l’AVC et de l’embolie systémique chez des patients atteints de fibrillation atriale non valvulaire (FANV), comme ceux, plus récents, d’une étude Medicare validée par la FDA (134 000 patients de 65 ans ou plus) comparant Pradaxa à la warfarine.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte