Les points clés  Abonné

Publié le 16/05/2011

- On distingue entre les AVC ischémiques (80 %) et les AVC hémorragiques (20 %) ; les seconds étant potentiellement plus graves.

- Seuls des examens d’imagerie permettent de les distinguer formellement, d’en préciser la localisation et l’importance, ce qui est essentiel à une prise en charge optimale.

- Les AVC sont une urgence médicale : tout symptôme neurologique survenant brutalement doit y faire penser et conduire à prévenir immédiatement les secours et, si possible, à faire hospitaliser le patient dans une unité neurovasculaire.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte