Une nouvelle approche, l’inhibition du CD154

Les plaquettes font leur entrée dans le lupus  Abonné

Publié le 09/09/2010
Des chercheurs du CNRS de Bordeaux et de l’université Paris-Descartes ouvrent la voie à une nouvelle approche thérapeutique potentielle du lupus érythémateux systématique (LES) en mettant en lumière un mécanisme faisant intervenir les plaquettes. Ils montrent que le CD154, une protéine transmembranaire exprimée par ces cellules sanguines, immunologiquement activées chez les patients lupiques, accroît la sécrétion d’interféron-α par les cellules dendritiques plasmacytoïdes, spécialisées dans la présentation de l’antigène.
L’archétype de la maladie auto-immune non spécifique d’organe

L’archétype de la maladie auto-immune non spécifique d’organe
Crédit photo : BSIP

ARCHÉTYPE de la maladie auto-immune non spécifique d’organe, le lupus est caractérisé par la présence d’anticorps dirigés contre divers constituants du noyau. Les cellules dendritiques plasmacytoïdes (pDC) ont un rôle majeur dans la production d’interféron durant les infections virales (un des facteurs favorisants du lupus) et elles représentent la source principale d’INF-α chez les patients présentant un LES, par un mécanisme faisant intervenir le récepteur CD32.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte