Contraception orale estroprogestative

Les pilules à moindre risque prennent le dessus  Abonné

Par
Charlotte Demarti -
Publié le 16/03/2017
Les pilules estroprogestatives de 1re et 2e générations, qui sont moins à risque thromboembolique, ont réussi à s’imposer sur le marché de la contraception orale estroprogestative. Le message des autorités sanitaires visant à les privilégier a donc été entendu.

En 2015, 79 % des contraceptifs oraux combinés (COC) vendus en pharmacie sont de 1re et 2e générations, et 21 % sont des COC de 3e ou 4e génération, selon un bilan réalisé par l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM). Pour rappel, les COC de 1re et 2e générations ne représentaient que 52 % des ventes en 2012.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte