Les bithérapies fixes antihypertensives

Les nouvelles options thérapeutiques de la voie calcique  Abonné

Publié le 26/03/2009
Actuellement, la moitié des patients hypertendus traités sont à l’objectif thérapeutique (140/90 mmHg). Cette amélioration du contrôle tensionnel est liée à la modification du nombre de thérapeutiques utilisées : aujourd’hui 60 % des patients reçoivent une bithérapie, ou plus. La majorité de ces associations sont des combinaisons fixes, mais elles ne sont pas équivalentes en termes de bénéfice thérapeutique et de prévention cardiovasculaire. Récemment, de nouvelles combinaisons sont apparues pour une meilleure prise en charge des hypertendus.
De nouvelles combinaisons pour une meilleure prise en charge de l'HTA

De nouvelles combinaisons pour une meilleure prise en charge de l'HTA
Crédit photo : S. Toubon

MÊME SI la monothérapie antihypertensive a encore largement sa place et reste le premier pas de la prescription, le concept de bithérapie fixe est un changement important qui a amélioré la pratique des médecins. Les associations fixes sont prédominantes à tous les stades de la prise en charge. Elles ont longtemps été dominées par celles associant un antagoniste des récepteurs de l’angiotensine II (ARA II ou sartan) ou un inhibiteur de l’enzyme de conversion (IEC) avec un diurétique thiazidique, l’hydrochlorothiazide.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte