Téléphone portable

Les mesures de précaution justifiées  Abonné

Publié le 09/06/2011
Réunis à Lyon pendant une semaine, les experts internationaux du Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) ont finalement statué que l’usage des téléphones portables pouvait être cancérogène en le classant dans le groupe 2B.
Un risque accru de gliome et de neurinome de l'acoustique

Un risque accru de gliome et de neurinome de l'acoustique
Crédit photo : S. TOUBON/LE QUOTIDIEN

« LES PREUVES, qui continuent à s’accumuler, sont assez fortes pour justifier » une classification de l’usage du téléphone portable en « peut être cancérogène pour l’homme » (groupe 2B), indique le Dr Jonathan Samet (University of Southern California), président du groupe de travail. Les experts de quatorze pays, rassemblés sous l’égide du CIRC – agence de l’OMS qui se consacre aux champs électromagnétiques de radiofréquence –, ont analysé toute la littérature scientifique (les conclusions seront publiées dans « The Lancet Oncology » du 1er juillet).

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte