L’effet paradoxal de certains anticoagulants oraux directs

Les inhibiteurs de la thrombine associés à un léger surrisque cardiaque  Abonné

Par
Publié le 05/12/2016
Comparés aux antivitamine K, les inhibiteurs oraux de la thrombine (IOT) sont liés à un léger sur-risque d’infarctus dans les essais, sans preuve de causalité. Une équipe vient d’établir qu’ils aggravent l’adhésion des plaquettes et l’agrégation durant la thrombose artérielle. Les résultats suggèrent que le risque doit être évalué avant la prescription.

Les données in vitro et in vivo « suggèrent que les inhibiteurs oraux de la thrombine (IOT) exercent de légers effets prothrombotiques qui pourraient contribuer à la fréquence discrètement accrue d’infarctus du myocarde sous IOT », notent Petzold et coll. dans leur étude publiée dans la revue Science Translational Medicine. « Il faut donc évaluer la maladie artérielle et le risque d’infarctus du myocarde chez le patient avant d’initier un traitement par IOT », préviennent-ils.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte