Surrisque cardio-vasculaire

Les incrétino-mimétiques innocentés  Abonné

Publié le 29/03/2016
Soupçonnés d’être associés à un surrisque d’insuffisance cardiaque, les inhibiteurs de la dipeptidyl peptidase-4 (DDP-4) et les analogues du GPL-1 indiqués dans le traitement du diabète de type 2 seraient finalement innocents, à en croire une large étude de cohorte publiée dans le « New England Journal of Medicine ».

En 2015, l’impact cardiovasculaire des incrétino-mimétique prescrits dans le traitement du diabète de type 2 a été questionné par une méta analyse américano-canadienne publiée dans le « Lancet Diabete and Endocrinology » (Udell et al). Les auteurs avaient rassemblé les données de plusieurs études randomisées et conclu que le risque d’insuffisance cardiaque était plus important chez les patients diabétiques traités par incrétino-mimétiques.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte