HUMEUR

Les folies du corps  Abonné

Publié le 23/07/2010

Je lis dans « le Figaro » que ceux qui dépensent sans compter sont victimes de l’amygdale, pas celle de la gorge, celle du cerveau. Je ne suis pas surpris. Depuis le temps que je travaille au « Quotidien », j’ai appris qu’il existe un gène, ou une protéine, pour tout et n’importe quoi. L’alcoolisme ? Un gène. La drogue ? Un autre gène. L’obésité ? Encore un autre. Le pari impulsif ? Rien à voir avec une irrépressible pulsion. D’ailleurs, les médecins vous le disent  : inutile de lutter contre vos penchants les plus négatifs, de toute façon vous êtes né comme ça.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte