Des signes extra-thoraciques incitent à la vigilance

Les femmes sont plus à risque d’infarctus silencieux  Abonné

Publié le 23/09/2013
Une étude chez les sujets jeunes (≤?55 ans) montre que les femmes présentent davantage de syndrome coronaire aigu silencieux que les hommes, sans que la cause soit clairement identifiée. Si les symptômes extra-thoraciques sont moins fréquents en cas de SCA sans douleur thoracique, l’un d’entre eux au moins est constamment retrouvé. La gravité du SCA n’est pas significativement différente, qu’il s’accompagne ou non d’une douleur.
L’absence de douleur expose à un retard diagnostique

L’absence de douleur expose à un retard diagnostique
Crédit photo : PHANIE

L’ABSENCE DE DOULEUR n’est pas synonyme de meilleur pronostic. C’est particulièrement vrai en cas de syndrome coronaire aigu (SCA), au cours duquel l’absence de son signe cardinal, la douleur thoracique (DT), expose à une mortalité plus élevée en raison du retard diagnostic. Comme constaté précédemment dans une population plus âgée, le risque guetterait davantage les femmes que les hommes. Selon une étude canadienne chez 1 015 patients âgés de moins de 55 ans, la proportion de SCA silencieux était plus élevée chez elles (19 % par rapport à 13,7 %), soit une femme ayant un SCA sur 5.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte